Skip to content

Les Probiotiques

31 décembre 2010

De plus en plus de gens se tournent vers les probiotiques, ces bonnes bactéries agissant au niveau de la flore intestinale. Mais qu’en est-il vraiment de leur rôle et de leurs bienfaits sur notre organisme ? Voici un résumé de l’article d’Hélène Baribeau, nutritionniste, qui se penche sur la question…

Mécanismes d’action des probiotiques
Les probiotiques exercent leurs effets sur la santé via trois mécanismes :

  • En modulant l’activité du système immunitaire intestinal3, par exemple en accentuant la production des anticorps de type IgA. En effet, tout au long de l’intestin grêle se greffent de nombreux follicules lymphatiques et de vastes organes lymphoïdes spécialisés (les plaques de Peyer). Ces plaques constituent le GALT (Gut Associated Lymphoid Tissue). Elles jouent un rôle de premier plan dans l’induction de la réponse immunitaire. Les cellules M, situées à leur surface, sont capables de capter la présence des bactéries bénéfiques. Cette présence de bactéries permet de stimuler directement ces cellules afin qu’elles produisent des niveaux plus élevés d’anticorps. Les bactériocines sécrétées par les bactéries seront absorbées et auront aussi un effet de modulation du système immunitaire.
  • En inhibant principalement l’invasion des bactéries pathogènes3, par leurs effets antimicrobiens directs.
  • En augmentant la fonction de barrière de la muqueuse intestinale, par exemple, par l’accroissement de la production de mucus, de même que par l’exclusion compétitive. En effet, il y a compétition entre les bactéries probiotiques et celles porteuses de maladies pour occuper les sites d’adhésion aux parois de l’intestin4.
    Indications reconnues pour les probiotiques:
     

  • Traitement de la diarrhée infectieuse chez l’adulte
  • Traitement de la diarrhée infectieuse chez l’enfant
  • Prévention de la diarrhée associée aux antibiotiques
  • Prévention et maintenance de la rémission de pouchite
  • Traitement et prévention de l’eczéma atopique associé à la consommation de lait de vache
  • Amélioration du système immunitaire.

Les différentes catégories de probiotiques
Il existe des aliments enrichis de probiotiques (yogourt, fromage, lait et céréales), de même que des suppléments probiotiques que l’on retrouve sous la forme de poudre, de capsules, de comprimés, de liquide ou de lait fermenté.

Que choisir : capsules, probiotiques en sachet, yogourts probiotiques, lait fermenté ?
Quand il est question de choisir les meilleurs suppléments probiotiques pour prévenir ou traiter des maladies, nous faisons face à beaucoup d’incertitudes puisque un nombre infime de produits vendus dans les pharmacies ou les magasins d’aliments naturels ont fait l’objet d’études cliniques sérieuses. Afin que nous puissions profiter au maximum des probiotiques contenus dans les suppléments ou les aliments, ceux-ci doivent résister en plus grand nombre possible aux acides gastriques et biliaires. On suggère souvent de privilégier les bactéries lyophilisées, en capsules, ayant une protection entérique. Toutefois, puisque l’enrobage demande à la fois de l’humidité et de la chaleur, le simple fait d’enrober une capsule peut affecter le compte bactérien. De plus, certaines formes d’enrobage n’ont aucun effet sur la survie puisqu’elles sont trop minces et se perforent dans l’estomac. Aussi, la survie des bactéries dans un milieu acide dépend de la force de la souche (sa propriété probiotique à résister au pH). Par exemple, certaines souches de bactéries, comme Bifidobacterium lactis BB-12 et Bifidobacterium lactis DN-173010, ou L. casei DN-114001 et L. casei CL-1285, sont naturellement résistantes aux acides. Certains produits, comme les Bi-active et le Bio-K, contiennent des souches de bactéries naturellement résistantes aux acides gastriques. Entre autres technologies, la technologie STAR, de la compagnie Rosell, appliquée aux produits PROBACLAC notamment, a démontré son efficacité à augmenter la survie des bactéries. Les probiotiques en poudre (Lactibiane, Ofibid, Balacta) seraient intéressants, car, étant donné qu’ils n’ont pas d’enrobage à digérer et qu’ils sont mélangés à de l’eau, ils séjournent peu de temps dans l’estomac et, de cette manière, une grande partie des bactéries arriveraient vivantes dans l’intestin.

De quelle dose de probiotiques avons-nous besoin ?
Répondre à cette question n’est pas facile puisqu’il existe d’importantes variations dans la quantité de bonnes bactéries que nous avons naturellement dans notre microbiote intestinal. Des données non publiées à ce jour sur le microbiote intestinal de près de 60 personnes en bonne santé, provenant d’une étude réalisée à l’Université Laval, ont permis de constater que certains individus sont bien pourvus naturellement en bonnes bactéries, alors que d’autres le sont moins. La différence en matière de nombre de bactéries bénéfiques, comme les bifidobactéries et les lactobacilles, chez les individus peut être de trois log, allant de 106/g de selles (1 million de probiotiques) à 109/g de selles (1 milliard de probiotiques). Une souche de probiotique sera détectée dans les fèces des personnes en bonne santé, avec une augmentation de la dose12. L’effet sera plus prononcé si, au départ, les personnes sont colonisées par un plus faible nombre de bactéries bénéfiques. Ainsi, une personne dont le microbiote intestinal contient 1 million de bonnes bactéries par gramme de selle risque de réagir favorablement à un supplément de probiotiques contenant 1 milliard de probiotiques, alors qu’une personne dont le microbiote intestinal est bien pourvu, soit 1 milliard par gramme de selle, risque de ne pas ressentir d’effet avec un supplément de 1 milliard. Par conséquent, à ce jour, étant donné que nous ne connaissons pas l’état de notre flore intestinale individuelle, il est fort possible que nous ayons plus de résultats positifs avec les suppléments les plus concentrés en probiotiques.

Recommandations aux patients


a) Conseils d’achat

  1. Privilégier les suppléments de probiotiques dont on connaît le genre (Bifidobacterium), l’espèce (lactis) et surtout le nom de la souche (BB-12) utilisée.
  2. Choisir les probiotiques qui contiennent le plus d’espèces connues et étudiées13 : Lactobacillus (L.) acidophilus, L. casei , L. rhanmnous, L. johnsonii, L. plantarum, L. bulgaricus, Bifidobacterium longum, Bifidobacterium lactis, Bifidobacterium bifidum, Propionibacterium shermanii et Saccharomyces boulardii (une levure).
  3. Choisir des suppléments de probiotiques ou des aliments enrichis de probiotiques contenant 1 milliard et plus de probiotiques pour obtenir des effets fonctionnels, comme favoriser la régularité intestinale, stimuler le système immunitaire et maintenir une flore intestinale en bonne santé. N.B. La dose de 1 milliard de probiotiques par jour peut facilement être obtenue par la consommation d’aliments enrichis de probiotiques que l’on trouve à l’épicerie, par exemple un lait fermenté au petitdéjeuner ou des céréales avec du lait contenant des probiotiques, un yogourt avec probiotiques sur l’heure du dîner et un fromage avec probiotiques comme dessert au souper.
  4. Il n’y a pas de consensus officiel sur la dose de probiotiques à prendre pour prévenir la diarrhée associée aux antibiotiques, mais les chercheurs et les spécialistes recommandent en général de choisir des suppléments probiotiques plus concentrés (plus d’un milliard, certainement) afin d’aider à refaire la flore intestinale et de prévenir les diarrhées lors de la prise d’antibiotiques. En effet, plus le probiotique est concentré (10 milliards et plus), plus les chances d’obtenir des effets bienfaisants sont probables, mais aussi plus les risques d’effets secondaires, comme les ballonnements, sont élevés, surtout en début de prise.
  5. Choisir des suppléments probiotiques dont les bactéries résistent à l’acidité gastrique et aux sels biliaires. Les formules avec enrobage entérique (si l’enrobage entérique est de bonne qualité), les formules en poudre, les produits qui contiennent des probiotiques et qui ont été soumis à la technologie STAR ou le lait fermenté sont à privilégier, de même que les produits contenant des bactéries naturellement résistantes aux acides dans les yogourts ou laits fermentés, comme Bifidobacterium lactis BB-12 ou Bifidobacterium lactis DN-173010, ou L. casei DN-114001 ou L.casei CL-1285.

b) Conseils d’utilisation Pour prévenir les diarrhées associées aux antibiotiques :

  • Commencer à prendre les suppléments probiotiques dès le début de la prise des antibiotiques. Vous pourrez continuer à prendre les probiotiques deux semaines après la fin de la prise des antibiotiques. Si une diarrhée persiste, consultez votre médecin.
  • Séparer de deux heures la prise de probiotiques de celle d’antibiotiques.
  • Pour traiter les diarrhées causées par le virus de la gastro-entérite :
  • Commencer à prendre les probiotiques dès le début des symptômes.
  • Prendre les probiotiques idéalement 30 minutes avant le petit-déjeuner. C’est à ce moment que le pH de l’estomac est à son plus haut.
  • Réfrigérer les probiotiques après l’achat et surveiller leur date d’expiration.

Conseils de Jean-Yves Dionne, pharmacien, pour choisir un supplément probiotique:

Pour un effet maximal, choisissez un produit contenant des bifidobactéries ET des lactobacilles. De plus, assurez-vous qu’il contienne plusieurs espèces différentes de ces deux familles de bactéries. Les produits contenant des espèces multiples peuvent coloniser différents endroits du système digestif et semblent, de ce fait, plus efficaces.

Ensuite, vérifiez que le produit contienne des souches humaines de bactéries. Les souches animales sont peu ou pas efficaces chez l’humain. Pour trouver cette information (elle n’est malheureusement pas inscrite sur les bouteilles), vous devrez consulter les dépliants et les sites Internet des compagnies.

Troisièmement, prenez un produit en capsules ou en poudre. Quoique les yogourts soient de bons aliments, ils ne constituent pas de bons suppléments de probiotiques. Les souches qu’on y retrouve sont habituellement d’origine animale parce que les souches humaines ne survivent pas dans un environnement laitier.

Finalement, il n’est pas nécessaire de payer pour un nombre très élevé de bactéries. D’ailleurs, lorsque la dose quotidienne dépasse les 20 milliards, les utilisateurs se plaignent souvent de ballonnement. Je suggère de prendre un supplément contenant un maximum de 10 milliards de bactéries. Habituellement, 5 à 6 milliards suffisent, vous n’avez pas besoin d’en prendre plus.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :