Skip to content

Soyez plus Lent, Ici, Maintenant…

16 juillet 2010

Ces temps-ci, j’ai l’impression de n’avoir de temps pour rien sauf le boulot…J’ai adoré profiter de 3 jours au congrès Jean Coutu pour les futurs pharmaciens ! Mais une fois de retour au boulot, 40 heures/semaines…mon quotidien se résume à métro-boulot-dodo…Comment se fait-il que je me laisse submerger par le stress, la fatigue et le train-train quotidien aussi facilement, si bien qu’une fois rentrée à la maison, je m’écrase devant mon ordi ou la télé, puis dodo… Le fait de devoir performer au travail me stress trop, si bien que j’ai l’impression de me fatiguer bêtement!! J’ai donc trouvé cet article qui tombe pile-poil dans ma vie…Allez hop, je me reprends, au programme : respirer lentement, me détendre un peu plus, ne pas chercher à tout faire parfaitement, yoga et quelques sorties entres amis…

Soyez plus lent, ici maintenant

On le sait toutes, ce n’est pas nouveau, nous voulons être parfaites : mères parfaites, femmes parfaites, épouses parfaites, employées parfaites. Et pour arriver à tout faire, on court partout. Mais à force de tout faire si vite, on fait tout mal et on ne profite de rien. La lenteur est souvent vue comme étant de la paresse et pourtant, il a été prouvé que les personnes les plus performantes sont souvent celles qui apprennent à recharger leurs batteries. Si vous prenez le temps de ralentir, vous vous rendrez rapidement compte que vous améliorerez votre capacité de concentration et qu’au bout du compte, vous ferez plus de choses, mais surtout mieux et moins fatiguée!

Écoutez-vous
Comment arriver à s’écouter quand on court constamment? À s’étourdir, on n’entend souvent plus le corps qui nous envoie ses signaux d’épuisement, notre tête qui n’en peut tout simplement plus de se laisser entrer tout ce qu’il y a à faire dans des petites cases. Ça déborde! Si votre coeur cogne souvent, que vous avez mal aux muscles, que vous avez envie de pleurer régulièrement, que vous avez l’impression que vous n’avez plus le contrôle sur votre vie, que vous vous sentez épuisée, étourdie, dites « STOP ». Arrêtez avant que la vie ne vous arrête. Vous en valez la peine!

Osez la solitude
Il est vrai qu’il peut parfois être épeurant de se retrouver seule avec soi-même quand on est habituée à être toute la journée dans le tourbillon de la vie à s’occuper des enfants, de la dynamique familiale, des repas, du travail. Et pourtant, ce temps en or est nécessaire à son propre équilibre mental. Une marche seule dans le quartier, une escapade seule au cinéma, un arrêt musique dans une pièce de votre maison, un cinq minutes à observer vos fleurs dans votre jardin ou à savourer un bon verre de jus, de vin, prendre du temps pour contempler, penser, se regarder un peu, savourer le moment présent et laisser filer ses pensées, c’est vital. Et on veut se prouver quoi en ne le faisant pas, à vouloir performer constamment? En ne s’écoutant pas?

Au début, l’inconfort est palpable. Quand on s’arrête, la fatigue prend le dessus presque automatiquement. Laissez-la monter, vivez-la. Après quelques jours de ce régime à prendre des pauses quand vous en ressentez le besoin, vous verrez votre énergie remonter tranquillement.


Et les enfants dans tout ça?
Si vous vivez avec votre conjoint, avertissez-le que vous avez besoin de cette pause, que c’est essentiel pour vous et expliquez-le aussi aux enfants. Au début, ils ne respecteront peut-être pas ces moments intimes avec vous-même, ils feront peut-être une crise pour entrer dans votre chambre, pour vous suivre dans votre marche, voudront vous déranger dans la balançoire, mais si vous en faites une religion, ils s’habitueront et du même coup, vous leur ferez le plus beau des cadeaux : vous leur montrerez qu’une maman reposée est beaucoup plus disponible qu’une maman excédée, que le respect des autres commence par le respect de soi-même.

Si vous êtes mère monoparentale, il est vrai que se trouver des plages horaires à vous seule est plus ardu, mais quand votre enfant est âgé de plus de cinq ans, il est en mesure de comprendre que vous ayez besoin d’un temps lecture, juste à vous. Faites-lui une promesse du style : « Si tu laisses maman écouter sa musique, après, nous jouerons ensemble à un jeu ». Si vous avez un jeune enfant, peut-être connaissez-vous une voisine, une amie proche à qui vous pourriez faire quotidiennement un échange de service. Vous allez garder ses enfants pendant sa marche, elle vient pendant la vôtre. Les solutions sont peut-être à votre portée. Il n’y a pas de mal à laisser nos enfants quelque temps et ce n’est pas égoïste de le faire. Au contraire! Mais étrangement, on se trouve souvent des raisons pour repousser notre bien-être.

Au bureau

Dans certains bureaux, surtout aux États-Unis, des employeurs ont compris le besoin des pauses, de la lenteur et ont investi dans l’emplacement de salles de relaxation et dans les cours de yoga. Résultat : leurs employés ont considérablement augmenté leur productivité et leur entreprise, leur rentabilité. Malheureusement, les patrons n’ont pas tous cette ouverture d’esprit et dans beaucoup d’entreprises privées non syndiquées, les pauses ne sont même pas obligatoires. C’est là que vous entrez en jeu. Prenez rendez-vous avec vous-même en mettant dans votre boîte courriel un rappel à chaque heure : « Prendre cinq à dix respirations profondes » et si possible demeurez toute à ce que vous faites. Devant vos dossiers ou votre ordinateur, personne ne s’en apercevra et vous augmenterez votre concentration, tout en améliorant votre détente. Vous verrez, au départ, ce simple exercice de respiration vous apparaîtra comme un véritable défi. Vous aurez envie de poursuivre rapidement votre travail, mais si vous insistez, vous apprivoiserez l’exercice et vous en ressentirez un véritable bienfait.

En tout temps, une chose à la fois
Combien sommes-nous à courir pour faire nos corvées pour ensuite être débarrassée… et souvent en faire encore plus par la suite. Prenez le temps de faire un casse-tête avec votre fille, de cuisiner un bon mijoté en prenant toute l’attention qu’il mérite. Ne faites que ça, sans regarder la télévision, sans écouter de la musique. Juste ici, maintenant. Prenez le temps de regarder votre chat jouer, les arbres bouger, écoutez le silence. À la longue, l’état d’esprit s’améliore, l’humeur s’apaise et le corps relaxe. Les sages de ce monde parlent du « ici, maintenant », du moment présent, mais le commun des mortels comme nous n’arrive souvent pas à ne penser qu’à une chose à la fois. Tout court dans notre tête. Bien sûr, l’une des façons d’arriver à penser au « ici, maintenant » davantage est de pratiquer des techniques de relaxation et de méditation, mais pour toutes sortes de raison, ce n’est pas tout le monde qui a le temps, le désir ou la chance de s’y investir. Sans que vous vous en rendiez compte, la méditation peut se faire à travers les petits gestes du quotidien. Essayez les exercices suivants :

Quand vous mangez, prenez le temps de goûter, de mastiquer. Comptez le nombre de fois que vous mâchez un aliment et ressentez tout le plaisir que vous procure la saveur qui s’en détache. Si vous êtes en famille, faites faire l’exercice à tout le monde, comme un jeu. Faites-les manger en silence en leur rappelant de mâcher, par exemple, dix fois avant d’avaler. Les enfants adorent les jeux.

Quand vous marchez
, concentrez-vous sur vos pas pour marcher à pas feutrés, le plus doucement possible.

Parlez à voix basse, réduisez votre débit. Vous verrez que rapidement vous vous sentirez apaisée.

Concentrez-vous sur vos gestes et effectuez-les avec précaution, en faisant le moins de bruit possible.

Coupez les sons autour de vous, autant que faire se peut. Coupez la télévision une fois de temps en temps si vous êtes seule, éteignez le son de la radio. Apprivoisez le silence. À la longue, vous sentirez qu’il vous fait tellement de bien que le bruit vous serez plus difficile à endurer.

Laissez filer vos pensées et observez ce qui vous entoure. Si vous craignez d’en échapper tellement vous avez de choses à faire, procurez-vous une mini enregistreuse portative et enregistrez-y dessus les pensées qui passent, puis reconcentrez-vous sur le moment présent. Vous serez certaine de ne rien oublier et vous aurez enfin toute votre attention pour contempler la vie qui passe.

L’être humain n’est pas fait pour courir tout le temps. Pas étonnant que le nombre de dépressions et de maladies liées au stress soit si élevé. Il faut donc réapprivoiser sa vraie nature pour enfin goûter au bonheur, ce bonheur qui ne se trouve pas dans les avoirs, mais à l’intérieur de nous, ici, maintenant. Le bonheur n’arrivera pas nécessairement demain, mais seulement quand vous aurez décidé de faire les efforts pour penser un peu à vous. Les corvées peuvent attendre. Votre santé, elle, n’attend plus…


Source : Violaine Dompierre, édimestre Canal Vie

2 commentaires leave one →
  1. 16 juillet 2010 7:51

    Prendre le temps de ressentir, de se sentir bien, c’est vital! Merci!

  2. 20 juillet 2010 4:46

    Oui, c’est vital, mais c’est si vite oublié ! Chaque jour j’essaie de « ralentir » un peu…Prendre un bain chaud, faire une mini-sieste..un cours de yoga ou juste respirer par le nez !
    Bonne semaine!😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :