Skip to content

Les Analgésiques

9 juillet 2010

Voici un article permettant de s’y retrouver à la pharmacie lorsque vient le temps de choisir un anti-douleur…En tout les cas, n’hésitez pas à poser la question à votre pharmacien !


Advil, Tylénol, Aspirin: quelles sont les différences et pour quels maux les prendre?

Qui ne prend pas, à l’occasion, des analgésiques de marque Tylénol®, Advil®, Motrin® ou Aspirin®? Bien qu’ils soient tous en vente libre, chacun de ces analgésiques a ses propriétés spécifiques lorsque vient le moment de soulager un symptôme en particulier.

Selon le pharmacien Jean-Yves Dionne, l’usage des analgésiques doit servir à traiter des maux mineurs.

« Ces médicaments en vente libre sont là pour soulager une douleur aiguë ou récurrente, et non pas une douleur chronique : pour traiter un problème majeur, il faut consulter son médecin », précise-t-il.

Trois grandes catégories

Il existe 3 grands types d’analgésiques sur les tablettes :

  • l’acétaminophène (Tylénol®, par exemple);
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (l’ibuprofène comme Advil® et Motrin®, ou l’acide acétylsalicylique, comme Aspirin®);
  • les produits topiques, qu’on applique sur la peau (Myoflex®, Antiphlogistine®, etc.) et qui ont une double action : les analgésiques et les rubéfiants (chaleur).

À chaque douleur son analgésique?

Voici un aperçu des maux qu’on peut soulager avec de l’acétaminophène ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène ou acide acétylsalicylique).

Mal de tête ou céphalée : l’acétaminophène, l’ibuprofène et l’acide acétylsalicylique ont tous la même efficacité.

Migraine (avec aura) : au moment de l’aura, l’ibuprofène peut atténuer le mal. Après, les analgésiques sont inutiles.

Gueule de bois : Pour soulager un mal de tête après avoir bu trop d’alcool,  il est préférable de prendre de l’ibuprofène (Advil®, Motrin®, ou un générique). L’acide acétylsalicylique (Aspirin® ou un générique) irrite l’estomac, et l’acétaminophène (Tylénol® ou un générique) solliciterait trop votre foie déjà bien occupé.

Sinusite : tous les produits combinant l’acétaminophène ou l’ibuprofène avec un décongestionnant soulagent avec la même efficacité. Cependant, ils ne permettent pas de traiter la sinusite. Attention : le décongestionnant contient de la pseudoéphédrine, une substance qu’il faut éviter si on souffre d’hypertension.

Muscles endoloris, maux de dos, courbatures : tous les analgésiques réduisent la douleur qui survient à la suite d’un rhume ou d’un effort physique. Mais s’il s’agit d’un spasme musculaire, il faut privilégier un anti-inflammatoire combiné à un relaxant musculaire à base de méthocarbamol (Robax Platinum®, par exemple).

Douleurs articulaires : si les douleurs sont attribuables à une blessure, il faut alors diminuer l’inflammation. Pour ce faire, on utilise d’abord de la glace (de 10 à 15 minutes toutes les heures ou les 2 heures). Par la suite, on prendra un anti-inflammatoire en suivant la posologie (Advil ou Montrin aux 6 à 8 heures)

À noter : on reconnaît l’inflammation à 3 signes :

  • rougeur
  • chaleur
  • enflure

S’il s’agit d’une douleur chronique attribuable à une tendinite ou à une bursite, par exemple, l’acétaminophène est à privilégier puisque l’inflammation n’est pas en cause.

« On peut aussi prendre de l’extrait de saule, dans la section des produits naturels : ça marche et ça évite les problèmes d’estomac », précise Jean-Yves Dionne.

Arthrose et arthrite rhumatoïde : parce que les douleurs arthritiques ne sont pas attribuables à l’inflammation, on choisira plutôt l’acétaminophène (jusqu’à 3-4 g par jour en continu).

À noter que l’usage d’acétaminophène ne guérit pas l’arthrose ou l’arthrite : il ne fait qu’atténuer la douleur.

Douleurs menstruelles : pour un soulagement rapide, tous les produits analgésiques s’équivalent, avec une légère préférence pour les anti-inflammatoires.(Ibuprofène)

Mais à plus long terme, la prise d’un supplément d’oméga-3 riche en acide eicosapentaénoïque (AEP) peut être utile. « L’AEP diminue l’inflammation à long terme et, après 2 ou 3 cycles menstruels, peut réduire les douleurs », d’ajouter le pharmacien.

Mal de dents : l’ibuprofène est plus efficace que l’acétaminophène, en raison de son action anti-inflammatoire. Du côté des produits de santé naturels, l’huile de clou de girofle peut aussi être efficace.

Produit original ou générique?

Sur le plan pharmacologique, les produits génériques (ou maison) sont censés être aussi efficaces, puisqu’ils ont une composition « bioéquivalente », selon Jean-Yves Dionne.

Mais, le produit original est lié à une connotation psychologique qui favorise l’effet placebo « qui fait partie de tout traitement qui fonctionne », soutient-il. « De sorte que si vous estimez que le produit original est plus efficace pour vous, pourquoi vous en priver? »

Note de ma part: Les marques maison sont tout aussi efficaces que les marques commerciales. On peut assurément s’attendre au même effet pour quelques dollars en moins, aucune inquiétude à avoir !

Attention au risque de toxicité

Enfin, malgré leur utilité, les analgésiques peuvent être contre-indiqués et toxiques, dans certains cas. D’où l’importance de prendre le temps de lire les étiquettes de ces produits.

  • Surdose d’acétaminophène : risque d’endommager le foie de façon irréversible, en raison du phénomène de nécrose hépatique. Ne pas dépasser les dosages. (Dose léthale : environ 14g, mais risque de toxicité possible à partir de 4g!)
  • Surdose d’anti-inflammatoire : risque irritation, ou même d’ulcère de l’estomac, en surdosage aigu. Si le surdosage est fréquent, on risque des problèmes d’irritation du système digestif et des ulcères.

Source : Martin LaSalle – PasseportSanté.net (Mai 2010)

Interview avec Jean-Yves Dionnes sur les analgésiques : ICI

Jean-Yves Dionne est pharmacien, communicateur scientifique et consultant spécialisé en produits naturels. Il collabore depuis plusieurs années à PasseportSanté.net1.

3 commentaires leave one →
  1. 9 juillet 2010 6:54

    Merci pour ce billet qui sera sûrement très utile!

  2. 10 juillet 2010 11:27

    Merci pour toutes ces informations! Je dois avouer que j’étais un peu perdue devant tous ces produits à l’apparence similaire. Généralement, j’évite de prendre des médicaments qui ne font que camoufler la douleur mais, parfois, je sens que c’est vraiment nécessaire! Je ne connaissais pas l’extrait de saule, intéressant!

  3. 10 juillet 2010 11:40

    C’est vrai que lorsqu’on a mal, on veut un produit qui pourra nous soulager efficacement!! Il n’y a aucun danger à prendre ces médicaments, qui à la base, provienne de chose qui se trouve dans la nature ! On pense souvent à tord que tout est chimique, mais on a rien inventé! Le tylenol vient de l’écorce de saule, par exemple!
    mais je comprends que beaucoup de personne préfère éviter de prendre des médicaments! Avant de donner un médicaments à un patient, je lui conseille d’abord toutes les mesures « non-médicamenteuses possibles », si ça ne suffit pas, alors je passe à un médicament…
    Si tu as des douleurs musculaires, tu peux aussi essayer une crème d’arnica, ça soulage bien et c’est « naturel » ! Bonne continuation pour ton entraînement championne!😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :